La mémoire lasse

731740-julien-gasc

La chaleur d’être à deux a lassé ma mémoire,

Et s’effrite les cieux d’où gronde notre histoire,

Elle s’amusait hier, à malmener la clé,

Des rimes et des barrières, des vents de nouveautés.

Dans le creux de mes veines, coulait la litanie,

D’un cri d’amour sans peine, d’un monde d’érudits,

Ta vie contre la mienne, ta peur contre la nuit,

Et le poids de tes chaines pour bercer mon ennui.

Le cœur reprend ses droits et retrouve les rires,

Qu’il oubliait parfois, comme l’envie d’écrire.

Les refrains du printemps suffisent à balayer,

D’un revers de la panse, la peur de t’oublier,

S’écoulent sur les carreaux, le chant de tes amours,

Disparait sans un mot la porte de ta cour.

T

Publicités

Une réflexion sur “La mémoire lasse

  1. Très beau, ta poésie toujours pleine de dilemmes, de contradictions (de souvenirs…oubliés) comme est la vie qui nous balance, entre ses certitudes et ses doutes toujours qui changent, qui basculent et qui nous rend si sensiblement fragiles.

    J'aime

Livrer un regard !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s