Les vignes invisibles

Lorsque le noir se fait, j étends au loin les bras,

La caresse de la nuit prend sa petite voix.

Les arbres sans feuillage protecteurs bien vaillants,

Vestiges de la campagne, armures du paysan.

Leurs squelettes se dessinent, éclairent un peu la nuit,

Ils ont l’air d’être morts, alors qu’ils sont en vie.

Les branches dénudées, oubliées du printemps,

Sachez qu’ils se reposent, ils savent où va le temps.

Le bruit sourd des camions plus loin veut me bercer,

La cadence de le nuit, le rythme des chantiers.

L’humidité éveille, tous les langages se lient,

Sur une étoile vermeille, plane la mélancolie.

La nature l’âme en Paix, l’invisible accueillant,

Les odeurs cadrent effeuillent, rimes d’un autre temps.

Les ombres se dérobent sous la voûte étoilée,

Les avions roux s’étiolent au dessus de nos prés.

Un dîner rien qu’à deux, on s’habille pour souper,

Les pommes même farineuses regorgent de sucré.

On méconnaît luxure on reconnaît saison,

Une douzaine de péchés vaut fruit de la passion.

On appelle rossignol l’oiseau des guérisons,

Du picrate, une guibolle et gai comme un pinson.

Franchise se traduit par âme sans manière,

L’un fera la cuisine, l’autre mettra le couvert.

Et le lys, peau des fleurs, sème ma voie lactée,

Les tournures du grand vent, ont vent de se gâter.

Chacune de ces racines, celles qui se font planter,

Développent leur résine dans de la pierre taillée.

Il n’y a pas de duvet, juste des couvertures,

Laissons la chouette couver au chaud de sa parure.

On se chauffe dans le vin pour conserver ses plumes,

Aucun homme ne devient, privé de ses coutumes.

Dans l’aube, la seule des plumes, qui peut encore tremper,

C’est celle du geai moqueur, le plaisir partagé.

On râle, on est mignonne quand on a de beaux yeux,

Le gibier ne s’étonne qu’au son du cor teigneux,

On mange des cagouilles, on vit dans nos maisons,

Chaque muraille est épris d’une âme et de son nom.

Personne ne se regarde mais le monde se connaît,

Dans ce parc où résonne la voix de ma contrée.

Publicités

Livrer un regard !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s